Retourner à la liste des portraits

Fabienne, Productrice

Valoriser la filière française, c’est essentiel…  On se bat chaque jour pour offrir le meilleur lait ! 

Fabienne, Productrice de lait en Bretagne, au sein de la coopérative Sodiaal.

Fabienne est productrice de lait à Illifaut dans les Côtes d’Armor depuis 2010. Avec son mari Dominique, ils gèrent un troupeau de 70 vaches de race Prim’Holstein au sein d’une exploitation de plus de 75 ha. Une femme de caractère qui défend fièrement le « manger français ».

Pouvez-vous nous décrire une journée type de travail ?

Mes journées varient en fonction des saisons et du calendrier agricole. Toute l’année et 7 jours sur 7, je débute à 7h30 avec la première traite suivie du lavage de la salle de traite. Ensuite, je nourris les veaux, les génissons puis les vaches en veillant à ce que leur aire de couchage soit propre. L’après-midi, je gère l’administratif. Et puis, la 2e traite tous les soirs.  Nous nous partageons les tâches avec mon mari sur l’exploitation. Nous observons en permanence le comportement des vaches pour voir si tout va bien.

Dès qu’une vache est en chaleur, nous prenons rendez-vous pour une insémination. Car il faut des veaux pour avoir du lait ! Les périodes les plus chargées sont les semis de céréales et de maïs, la moisson, la période des ensilages et la préparation des clôtures pour la sortie des vaches et des génisses à la fin de l’hiver.

En quoi consiste votre rôle de « productrice de lait » ?

Veiller à la bonne santé des animaux pour offrir le meilleur lait ! La qualité du lait passe par l’alimentation et le bien-être des vaches. Nous nourrissons nos bêtes avec un mélange d’herbe, de maïs, de soja ou de colza, de minéraux et de paille. Une alimentation équilibrée permet d’avoir un taux protéique important. Niveau contrôle, des prélèvements sont réalisés par la laiterie à chaque collecte toutes les 48h pour vérifier la conformité et 3 fois par mois des contrôles plus poussés sont effectués pour détecter la présence de germes ou de cellules. Dès qu’une anomalie est décelée, nous écartons le lait de mauvaise qualité.

Pour le bien-être de nos vaches à l'étable, nous avons installé des matelas pour le couchage. Grâce à ces précautions, nous pouvons garantir un lait de qualité à la coopérative laitière.     

Pourquoi aimez-vous ce métier et quel message aimeriez-vous faire passer ?

Nous travaillons chaque jour dans la nature et avec la nature. Nous contribuons au cycle de la vie et à la diversité de nos paysages… Nous sommes les premiers écolos ! Nous sommes au début de la chaîne et c’est passionnant !

Sans bon lait,il n’y a pas de bons produits laitiers. C’est pour cela, que nous avons à cœur de défendre la filière laitière française et le manger français. Il y a un vrai savoir-faire, une tradition ancestrale qu’il faut préserver et encourager.

Que pensez-vous de la Route du Lait développée par Sodiaal ?

Engager les producteurs dans cette démarche qualité avec une charte bien précise, ça va dans le bon sens ! Je pense que cette démarche doit être plus valorisée vis-à-vis des consommateurs. Il faut aller plus loin et communiquer sur l’impact carbone, la traçabilité… En France, on nous impose des normes strictes. Il faut valoriser ce point pour en faire un atout. Notre métier ne s’arrête pas à la porte de notre exploitation, nous avons une mission de sensibilisation et d’information auprès des consommateurs. Il est essentiel de valoriser la filière française qui se bat pour le bien-manger…

Le lait, c’est la vie et c’est notre vie. Alors, faisons le savoir !

Crédit photo : Pierre-Gilles Lombard